Artillerie : L’armée de Terre voudrait remplacer ses lance-roquettes unitaires d’ici 2027

En termes d’artillerie à longue portée, la capacité de l’armée a été réduite au strict minimum… et principalement à partir de deux lance-roquettes intégrés. [LRU] Sur les treize détenus jusqu’alors, il a été remis à l’Ukraine. Et ces copies ne sont pas immédiatement remplacées.

En effet, en janvier 2021, en réponse à une question écrite du député Patrick Hetzel, le ministère des Armées expliquait que le renouvellement de cette capacité à l’horizon 2030 devait se faire dans un cadre de “dialogue”. L’Allemagne a un système similaire. Et il a également souligné l’importance des projets européens FIRES [Future Indirect fiRes European Solutions] et E-COLORS [European COmmon LOng Range indirect Fire Support System]Il vise à augmenter la portée et la précision des pièces d’artillerie tout en minimisant leurs faiblesses.

Ces projets, notamment E-COLORSS, “peuvent notamment préparer une solution européenne pour remplacer les châssis et la conduite de tir LRU à Hozizone 2030”, a indiqué le ministère. Il indiquait que ces systèmes d’artillerie seraient adaptés à la “reproduction”… De plus, rien n’était dit sur les munitions, même si, outre-Rhin, des travaux étaient en cours dans ce domaine. Les résultats ont été présentés lors du dernier salon Eurosatory avec le Joint Fire Support Missile [JFS-M] De MBDA Allemagne…

Lire Aussi :  la France salue des avancées, mais regrette "le manque d'ambition climatique"

Cependant, la guerre en Ukraine a changé la donne… même si la prédominance de l’artillerie dans les combats s’explique par le manque de supériorité aérienne des deux combattants. Cela pourrait conduire à “un retour au combat classique pour les forces terrestres, avec violence et attrition”, a récemment prédit le général Stefan Mille, chef d’état-major de l’armée de l’air et de l’espace. [CEMAAE]Ainsi prêcha-t-il pour sa « paroisse ».

Général Charles Brown [son homologue américain, ndlr] “Analyse de manière simpliste et ironique en disant qu’en l’absence de contrôle sur les cieux, la guerre reprendra les caractéristiques de la Première Guerre mondiale marquée par la prédominance de l’artillerie”, a déclaré le CEMAAE aux députés lors de sa présentation devant la commission de défense en Octobre.

Lire Aussi :  Traité international contre la pollution plastique : quels sont les enjeux des négociations ?

Cependant, concernant la LRU, le chef d’état-major des armées, le général Thierry Burkard, a fait valoir que “la profondeur de la guerre en Ukraine montre à quel point les incendies gagnent en importance, l’armée de l’air intervenant également en complément”. [CEMA], lors d’une audition au Sénat. “Remplacer le LRU, qui a déjà 20 ans, est le programme de l’armée et les États-Unis l’ont déjà remplacé [par le M142 HIMARS]. Il est essentiel que nous disposions d’une capacité de tir en profondeur », a-t-il ajouté.

Devant la même commission sénatoriale, le général Pierre Schill, chef d’état-major des armées [CEMAT] Plus précis dans ses prédictions, il mentionne aussi CAESAR [Camions équipés d’un système d’artillerie]Son renouvellement est également prévu dans le cadre de la coopération avec l’Allemagne avec le programme “Common Indirect Fire System”. [CIFS]Il ne se concrétisera pas avant 2045.

Lire Aussi :  L'arme nucléaire est-elle une arme "comme une autre" pour la Russie?

“Premièrement, le champ de bataille devient transparent en fonction des moyens dont nous disposons”, a d’abord souligné la CEMAT. Ensuite, a-t-il poursuivi, “dès qu’on gagne en transparence, le problème est fatal”, ce qui signifie qu’il faut “frapper” dès que l’information est reçue sur la cible.

“Notre objectif est d’acquérir 109 canons CAESAR avec des munitions ciblées”, a poursuivi le général Shill. Quant aux « fusées éclairantes à longue portée », il a noté que lorsque les LRU « atteindront la fin de leur vie en 2027 », elles devraient être « remplacées par des capacités comparables ». “La guerre en Ukraine nous apprend que les tirs à longue portée sont déterminants : il faut réfléchir à une solution pour s’adapter”, a-t-il conclu, avant de souligner l’importance à long terme des drones armés, des munitions téléopérées et des infiltrations “consolidées”. L’éventail des capacités de frappe des hélicoptères de l’aviation légère de l’armée [ALAT].



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button