Bangui affirme qu’un avion venu de l’étranger a bombardé un camp militaire

Le gouvernement de la République centrafricaine a confirmé lundi 28 novembre qu’un avion en provenance d’un pays voisin avait bombardé un camp militaire dans le nord du pays entre dimanche et lundi soir, ainsi que leurs “alliés” Des paramilitaires russes sont sur le terrain, notamment du groupe Wagner. Mais il a précisé qu’il n’y avait eu aucune perte de vie à cause de ces explosions de bombes.

dispositif “Des explosifs largués dans la ville” De Bossangoa “Cibler notre base de défense, notre base alliée ainsi que l’usine de coton”Le gouvernement a écrit dans un communiqué de presse.

Une enquête a été lancée pour “identifier les responsabilités”.

un avion “A 2h50 du matin, les Russes ont bombardé la base. Nous avons entendu au moins quatre bombes, mais comme il faisait noir, nous n’avons pas vu l’avion, qui n’avait pas de lumières et faisait peu de bruit.”Etienne Ngueretome, directeur régional des eaux et forêts à Bossangoa, a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) par téléphone.

Selon lui, deux bombes ont explosé dans son jardin attenant à une usine de coton occupée par les Russes. “Les explosions font peur”Avant d’ajouter il a assuré : « J’ai trouvé des clous et des morceaux de fer sur le toit de ma maison. »

A lire aussi : En République centrafricaine, trois membres du groupe armé ont été inculpés de crimes contre l’humanité
Lire Aussi :  La communauté internationale au secours de la Moldavie, victime collatérale de la guerre en Ukraine

Le maire de la ville, Pierre Denamguère, a également confirmé l’attaque par téléphone à l’agence de presse. “C’est un avion sans lumières et nous n’en avons pas [pas] pourrait identifier. La cible était une usine de coton, utilisée par les Russes et les forces armées comme base, sans trop de dégâts.Il a commenté.

“Ces explosifs ont causé d’importants dégâts”Cependant, le gouvernement le dit dans son communiqué de presse “Cet avion, après avoir commis ces crimes (…), Il est allé au nord (…) Avant de franchir nos frontières. Une enquête a été ouverte pour “Identifier les responsabilités” de “Cet acte ignoble des ennemis de la paix, [qui] “Je ne peux pas m’empêcher de punir.” Et “Nous avons déjà pris toutes les dispositions pour faire face à toute éventualité”a-t-il conclu.

Relations tendues avec le Tchad

C’est la première fois depuis le début de la guerre civile en 2013 qu’une prétendue attaque par des avions ennemis est menée, ou du moins annoncée publiquement. Bosangoa borde le Tchad au nord, qui était jusqu’à récemment aux mains des rebelles, le Cameroun à l’ouest, la République centrafricaine et le Soudan et le Soudan du Sud à l’extrême nord-est.

Lire Aussi :  Entreprises, allez à l'international, mais pas seuls !

Les relations entre le Tchad et la République centrafricaine ont été tendues ces derniers mois. En particulier, Bangui a reproché à N’Djamena d’avoir permis à des groupes armés d’utiliser son territoire comme base de repli et d’abriter leur principal chef, l’ancien président François Bozizé. N’Djamena a accusé en février 2022 un important chef rebelle tchadien de rechercher le soutien de Wagner en République centrafricaine, même si le chef a finalement rejoint le pouvoir tchadien.

Fin mai 2021, le Tchad a accusé l’armée centrafricaine d’avoir tué six soldats, dont cinq. “Enlevé et exécuté”Lors d’une attaque contre un poste frontière sur son territoire, s’exprimant “crime de guerre”. En décembre 2021, des soldats des deux pays ont échangé des tirs de part et d’autre de la frontière et un soldat tchadien a été porté disparu.

Il y a des centaines de paramilitaires russes dans le pays

En République centrafricaine, l’armée et des centaines de combattants russes se battent contre les rebelles du régime. Bangui désigne toujours ces paramilitaires par le terme « alliés ». La présence de ce dernier remonte à 2018 mais s’est accélérée en décembre 2020 lorsque le président Faustin-Archange Toudera a appelé Moscou à l’aide après l’avancée rapide des rebelles vers Bangui. Des centaines de paramilitaires russes, notamment du groupe Wagner, ont débarqué, renforçant des centaines d’autres présents depuis 2018.

Lire Aussi :  Noël 2022 : Le Centre international d’évangélisation solidaire des personnes nécessiteuses
A lire aussi : Article réservé à nos abonnés Comment la République centrafricaine est devenue un laboratoire de la propagande russe en Afrique

Les groupes armés, qui occupent les deux tiers de la République centrafricaine, ont été rapidement repoussés de leurs bastions, mais ils continuent de mener des actions de guérilla sporadiques contre les militaires et leurs alliés, notamment entre Bosangoa et la frontière tchadienne.

L’ONU et les capitales occidentales accusent régulièrement les militaires centrafricains et Wagner de commettre des crimes contre les civils, et M. Toudera a le pouvoir de les payer avec les ressources minérales, notamment l’or et les diamants, dans ce pays, parmi les plus pauvres du monde. .

A lire aussi : Emmanuel Macron a condamné le “projet de prédation” russe à l’oeuvre en Afrique

Le monde avec l’AFP

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button