Elisabeth Borne recourt à un sixième 49.3 dans la foulée du rejet d’une motion de censure des « insoumis »

La Première ministre française Elisabeth Borne était à Berlin, où elle a rencontré le chancelier allemand Olaf Scholz le 25 novembre 2022, avant de regagner Paris où elle a assisté en soirée à l'Assemblée nationale.

Étonnamment, vendredi 25 novembre au soir, le gouvernement a facilement résisté à la motion de censure déposée par les députés de La France Insoumise (LFI) après qu’Elisabeth Borne ait utilisé l’arme constitutionnelle du 49.3 dans le volet “Revenus” de 2023. Projet de budget de la sécurité sociale.

Dans la foulée, le Premier ministre a de nouveau évoqué le 49.3, cette fois pour la rubrique “dépenses”. “On ne peut pas recommencer les mêmes discussions encore et encore”Argumenté par MJe suis grosse tête

Privé de majorité absolue à l’Assemblée nationale, le locataire de Matignon a engagé la responsabilité du gouvernement et fait face à une nouvelle objection de LFI, débattue dans une ambiance houleuse au Palais-Bourbon après l’échange de la veille. La motion n’a rassemblé que 85 partisans – “rebelles”, communistes et écologistes – loin des 289 voix nécessaires pour renverser le gouvernement.

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés Les députés adoptent la constitutionnalisation de l’avortement, avant de se déchirer en regroupant les soignants non vaccinés

“Je n’arrive pas à me résoudre au 49.3 et aux motions de condamnation”Le premier ministre a appelé et promis “faire des compromis”. Mais Mathilde Panot, présidente du groupe LFI à l’Assemblée nationale, a annoncé une nouvelle résolution de condamnation contre le gouvernement. « 49.3 pour commencer la semaine, sec pour la terminer. Sixième en un mois. Pour approuver chaque itération du gouvernement, nous proposons une résolution de censure., il a écrit sur Twitter vendredi soir.

Lire Aussi :  Quatre questions avant la visite d'Etat

“Ne passez pas aux jeux de rôle”

Jeudi soir, lors de l’examen de la facture de LFI, les noms des oiseaux de l’hémicycle ont fait vacarme, « Vous allez le fermer. Les membres du Groupe Renaissance ont été initiés par l’élu Olivier Sarva (Groupe Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires).

Parallèlement à la suspension des séances et aux amendements, le camp présidentiel a provoqué l’opposition en bloquant un vote sur le texte “rébellion” en faveur de la réorganisation des soignants non vaccinés contre le Covid-19.

Vendredi soir, la députée de Meurthe-et-Moselle Caroline Fiat (LFI) a dénoncé “Image inacceptable du gouvernement [la veille] » Et le ministre du renouveau démocratique a critiqué l’attitude d’Olivier Veron, « Se vanter comme d’habitude ». Il a blâmé les macronistes “Cent sous-amendements ridicules” Pour ralentir la discussion.

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés Entre 49.3, faux discours et menaces de dissolution, le monde politique cherche une issue

Le député de l’Isère Yannick Neuder (Les Républiques, LR) a condamné à son tour. “Situation chaotique [de la veille au soir] »Il s’est dit “Choqué par l’attitude de la majorité et du gouvernement” Et son “Un petit jeu d’obstruction”UN “Rejet de la démocratie”. et l’écologiste Sophie Taille-Pollion (Val-de-Marne). “Fin du Parlement avant la fermeture”.

MJe suis Bourne a d’abord été réconforté en appelant non “Pour passer aux jeux de rôle, voire aux combats”. Puis elle a condamné “Techniques de vulgarisation” Du LFI, il a retiré plusieurs textes pour discuter de sa proposition sur les aidants. “Vous n’appréciez pas que la majorité maîtrise le règlement intérieur de votre assemblée comme vous le faites”Il a commencé à protester.

Lire Aussi :  Le meilleur d'entre nous sur France 3 : que vaut cette série policière avec Nicolas Gob (L'art du crime) ? - News Séries à la TV

Les séances nocturnes se multiplient à l’Assemblée nationale

Tout au long de la journée, le camp présidentiel et l’opposition se sont renvoyés la responsabilité des invectives qu’ils avaient échangées plus tôt dans la journée. Les représentants macronistes ont d’abord rencontré M. Appelé à sanction contre Sarwa, avant provisoire, un “volonté d’apaiser”. MJe suis Panot a provoqué la colère de Yael Braun-Pivet (Renaissance), présidente de l’Assemblée nationale. « Obstacle gouvernemental » Contre la réorganisation des soignants.

Dans une interview à Voix de réponseMJe suis Brown-Pivett a condamné la pratique en général “perturbation” Parlementaire. “C’est toujours un refus de débattre.”, a-t-elle souligné. Le président de l’Assemblée nationale compte en parler avec tous les présidents de groupe mardi matin, dans une réunion consacrée au rythme de travail pénible au Palais-Bourbon, où les séances nocturnes se multiplient.

Lire Aussi :  TEMOIGNAGES. Réforme des retraites : "On me rajoute 9 mois au dernier moment..." Ces presque retraités qui vont devoir travailler plus
A lire aussi : Article réservé à nos abonnés La position parlementaire de LFI bouleverse l’équilibre de l’Assemblée nationale

Sur France Inter, le ministre des Relations avec le Parlement, Frank Reister, dans la nouvelle Assemblée nationale, il “Probablement plus violent” Et “Les comportements doivent changer”. “Mais en même temps les textes avancent”Il a estimé. “On s’en fiche quand on fait comme LFI pendant six mois”Il a dit.

Ainsi, la discussion sur le budget de la sécurité sociale a été reléguée au second plan. L’Assemblée nationale a débattu de sa rubrique “Recettes” pendant trois heures seulement. Elle a voté sur la proposition du gouvernement d’une enveloppe supplémentaire de 543 millions d’euros pour les hôpitaux en 2022. “Coûts supplémentaires liés au Covid”. Il a présenté en première lecture au Sénat 570 millions d’euros supplémentaires pour l’hôpital, notamment “Gestion des épidémies précoces de bronchiolite”.a déclaré le ministre de la Santé, François Brown.

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés Emmanuel Macron et Elisabeth Bourne sont, après tout, un couple de travailleurs

Un monde avec AFP



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button