Eure. Où finissent vos vêtements usagés? À Vernon, l’entreprise Gebetex leur donne une nouvelle vie

e
Les frères Paul-Antoine et Jean-Mayeul Bourgeois sont co-gérants de Gebetex à Vernon (Eure), qui collecte chaque année 16 000 tonnes de textiles en France. © Le démocrate

Son grand manteau est trop grand, la jupe que tu as oubliée dans ton placard, le petit haut qui n’est plus à la mode. quand tu veux se débarrasser de le tiens vieux vêtements, il est d’usage de le placer dans un récipient marqué au nom de l’entreprise chargée de la collecte. C’est le plus connu relais mais savez-vous qu’un entreprise locale, à Vernon également spécialisé traitement le tiens vêtements déjà portés ? C’est Gebetex.

16 000 tonnes sont collectées annuellement

L’entreprise recueille 16 000 tonnes à textile au total France annuellement et de choisir 4000 tonnes Vernon, sur son site Internet. Le reste sera livré Belgique et à cela Les Pays-Bas.

Les employés de Gebetex travaillent dur chaque jour pour trier deux tonnes de textiles par personne. Et contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, choisir des vêtements n’est pas si simple :

“Il faut être méticuleux dans le choix des vêtements. Une erreur de tri et le produit part directement en décharge alors qu’il aurait pu être récupéré. »

Paul-Antoine Bourgeois, co-gérant de Gebetex

Paul-Antoine Bourgeois dirige l’entreprise famille avec son frère Jean-Mayeul. Depuis 15 ansl’entreprise applique recycler les vêtements le plus vertueux possible. Ainsi, chaque jour, lorsque des camions remplis de vêtements arrivent à l’emplacement de Vernon, chaque employé sait ce qu’il doit faire. Sur leur table de tri, les vêtements sont répartis dans différents bacs en fonction de leur utilisation future.

Lire Aussi :  chez ACBAT, la facture électrique de TotalEnergies ne passe pas

Gebetex en chiffres

En un an, 16 000 tonnes de textiles ont été triées en provenance de toute la France 2 200 m² : la surface du site de Vernon, comprenant la zone de tri et la zone de stockage. 25 : le nombre d’employés, dont 20 pour le tri et 5 pour la collecte. 52 : le nombre de conteneurs dans le secteur de Vernon

Destination brocante d’occasion

“Les vêtements en bon état et répondant aux besoins des consommateurs européens sont destinés aux friperies ou aux grossistes. Cela s’applique aux produits vintage, de marque ou de sport. Des vêtements encore portables, sans défaut, mais qui n’intéressent pas les consommateurs européens, sont expédiés en Afrique. Nous veillons à ce que ces vêtements soient en bon état : les consommateurs africains n’ont aucune raison de porter des produits abîmés. »

Paul-Antoine Bourgeois

Isolation, carburant, chiffons…

Le textile jauni ou taché sera transformé en chiffons et autres pièces. Certains vêtements inutilisables sont livrés à l’adresse cimentiers et servira comme tel combustible. D’autres sont envoyés en Hollande pour être fabriquésisolant. Les paires de chaussures incomplètes sont exportées vers l’emplacement suivantL’Europe de l’Estdans les usines qui restaurent les chaussures manquantes.

Lire Aussi :  Le PDG de Roku explique pourquoi l'entreprise lance sa propre gamme de téléviseurs

Après le premier tri, un second est effectué pour l’éviter les erreurs. Une fois l’inspection terminée, les vêtements sont redirigés vers le bâtiment adjacent où leemballage et le stockage.

Vidéos : actuellement sur Actu

Aucun produit ne doit être perdu

Ce ballet quotidien est savamment orchestré pour qu’aucun produit ne se perde.

« Nous avons tous vu les montagnes de vêtements dans les décharges en Afrique. Un vrai problème de société. Nous prêtons attention à la sélection pour éviter de telles situations. Certaines structures s’amusent à collecter des textiles et à les envoyer directement en Afrique. Sauf que si ces vêtements ne sont pas portés, ils partent directement à la décharge alors qu’ils auraient pu servir à autre chose. D’autant que les pays africains accusent toujours un retard en matière de tri des déchets. »

Jean Mayeul Bourgeois

Pour mieux comprendre vos besoins consommateurs en Méditerranée, les deux frères rendent visite à leurs clients une fois par an Allerà Bénin ou à ça Cameroun.

Lire Aussi :  Amazon pourrait licencier environ 10 000 employés - Économie

Attirer l’attention du public

Aussi recherché par Jean-Mayeul et Paul-Antoine Bourgeois faire prendre conscience sur la sélection et surtout sur la façon dont les vêtements sont consommés.

« Nous avons déjà établi un partenariat avec une école près de Vernon qui a également organisé une collecte de vêtements. Les enfants ont ensuite pu visiter l’entreprise pour comprendre la problématique du tri. »

Jean Mayeul Bourgeois

52 conteneurs dans la région de Vernon

Dans la zone, 52 conteneurs ils sont pleins du nom de l’entreprise, dont une bonne partie est utilisée par des organismes de bienfaisance. “Nos conteneurs servent à déposer les dons de vêtements. S’il y en a trop, les associations nous le vendront. La collecte a lieu une à deux fois par semaine », résume Paul-Antoine Bourgeois.

Cet article vous a-t-il été utile ? Vous savez que vous pouvez suivre Le Démocrate Vernonnais sur Mon News. Après inscription, retrouvez en un clic toutes les actualités de vos villes et marques préférées.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button