La Movistar engage trois directeurs sportifs, dont Yvon Ledanois

Movistar apportera du sang neuf à son staff avec l’arrivée de trois directeurs sportifs. Français Yvon Lédanois rejoindra l’équipe d’Espagne, après avoir débuté sa carrière comme directeur sportif de 2005 à 2012 avec la même équipe puis parti pour L’équipe de course BMC de 2013 à 2017, puis à Arkea-Samsic de 2018 à 2022. Jürgen Roelandts Le Belge est également arrivé et a terminé sa carrière en Movistar (en 2020) et commencera donc dans ce nouveau rôle. Il apportera toute son expérience, notamment dans les classiques, lui qui a déjà terminé 3ème Milan-San Remo ou même 5 Tour des Flandres. Le dernier arrive Xabier Murieldirecteur sportif depuis 2017 dans les équipes espagnoles Pro Team (2e division). Euskadi-Murias Suivant Caja Rural – Seguros RGAsuivra pour la première fois un stage de management dans la formation World Tour.

Vidéo – Après avoir quitté Movistar en 2012, Ledanois y retourne

Yvon Lédanois : “Le cyclisme a beaucoup changé ces dix dernières années.”

“Mon cœur a toujours été avec ce groupe. Ces dernières années, j’ai travaillé ailleurs, mais j’ai toujours eu le sentiment de faire partie de ce groupe. J’ai parlé à Eusebio à quelques reprises récemment et il a toujours insisté sur l’idée de “rentrer à la maison”. Je suis ami avec beaucoup de gens dans cette organisation, vous vous sentez juste en faire partie, vous partagez la même philosophie. Quand il y a de la confiance , quand tu es capable de travailler de tout mon coeur c’est ce que j’essaie toujours de faire tu comprends que ça fait partie de toi et Movistar c’est mon équipe que j’ai quitté en 2012 car j’ai du apprendre, voir des choses différentes, avancer je voulais juste accumuler cette expérience, apprendre d’autres grands coureurs puis revenir.Le cyclisme a beaucoup changé ces dix dernières années mais il y a une chose qui n’a pas changé : être toujours proche des coureurs, se donner à 200% pour eux, les voir pour se sentir comme l”un d”eux, uniquement de l”équipe automobile. Notre objectif doit être de tout laisser en travers, de tout mettre en œuvre et de ramener cette équipe au sommet qu”elle mérite. Ce groupe nous permet de rêver de gravir ces escaliers.”

Jürgen Rolandts : “J’espère transmettre mon expérience avec les classiques”

“Ma dernière équipe à l’extérieur en tant que professionnel était avec Movistar et bien que mes résultats là-bas n’aient pas été les meilleurs de ma carrière en raison de quelques blessures et de la malchance, j’ai vraiment apprécié l’ambiance, j’ai toujours été fan de cette organisation et je j’espère que je peux leur donner rembourser quelque chose. J’espère mettre à profit ces 24 années de vélo, tant chez les jeunes que chez les professionnels, et être un atout et une belle valeur ajoutée pour cette équipe. Quand j’ai arrêté après une blessure à l’épaule en 2020 et tout ce qui s’est passé cette année avec des restrictions et autres, j’essayais de me fixer rapidement de nouveaux objectifs et j’ai eu la chance de travailler avec Trinity Racing pendant environ 30 jours de courses dont le Baby Giro et le Tour de Bretagne, j’adorais donner des conseils aux jeunes cavaliers, leur transmettre mon expérience et les guider, et j’ai pu moi-même apprendre beaucoup. Je suis heureux de les aider à atteindre leurs objectifs et à gagner des courses auxquelles ils n’ont pas encore participé, j’espère transmettre mon expérience des classiques, notamment avec les petits détails de conduite sur les pavés, les routes, la pression des pneus…” .

Xavier Muriel : “En tant qu’entraîneur, vous devez connaître la physiologie et les données…

“Après des années avec Murias et Caja, 2022 a été une année” plus facile “pour moi, loin de la course et concentrée sur un projet de développement personnel. Mais je me suis clairement rappelé que je voulais retourner au cyclisme professionnel et ce qui m’excitait le plus était de faire avec cette équipe, je pense que je suis plus “différent”, polyvalent en ce qui concerne le travail de performance, quelque chose qui me rend plus fort et devrait aider le groupe à grandir. principalement en tant que directeur sportif, mais je fais aussi un doctorat en sciences du sport, et j’ai aussi travaillé comme biomécanicien. Et je sens que toutes ces connaissances enrichissent mon expérience. En tant qu’entraîneur, vous devez connaître la physiologie et les données, et ces informations vous aideront en tant que directeur sportif, et comprendre ce qu’un coureur traverse pendant une course vous aidera à devenir un meilleur entraîneur. Le cyclisme se spécialise de plus en plus, on craint que ce soit une faiblesse, mais heureusement l’équipe a compris et grandement apprécié que je puisse combiner toutes ces compétences et y voir une force, c’est ce qui me motive autant dans ce projet. »



Source

Lire Aussi :  MotoGP : Johann Zarco explique sa séparation avec Jean Michel Bayle

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button