La Norvège intouchable, la France 3e du relais 4×7,5 km à Ruhpolding

Au final, la Norvège gagne. Nous connaissons le coup de l’hiver. Pour la sixième fois consécutive, Johannes Boe et son équipe remportent le relais. Il a remporté le 4×7,5 km devant l’Allemagne et la France à Ruhpolding vendredi. ” Ils tourmentent ces Norvégiens, toujours en avance, même lorsqu’ils tournent. Des débuts parfaits avec un tir sans faute au micro de la chaîne L’Equipe commencé par un sourire de l’auteur Eric Perrot. Nous nous battrons et nous donnerons le maximum pour chaque relais. Les Bleus y ont cru.

Tour de pénalité fatal pour Guiguonnat

Un tour de pénalité pour le premier Norvégien Legrid a ouvert la porte et Eric Perot et Quentin Fillon ont fait le travail en devançant Maillet dans la course. Mais sous la pression des équipes de retour d’Allemagne et de Norvège, Antonin Guigonnot a explosé d’un tir debout et a dû écoper d’un tour de pénalité qui a condamné les Bleus. ” Il y avait moyen de faire mieux. Apparemment, c’est moi qui fais le relais sur ce relais. J’étais en tête, c’est un poste stressant et j’ai un peu de mal à gérer mon stress cette annéeL’Equipe n’a pas caché Antonin Guigonnot sur la chaîne. Il y a un résultat collectif, il y a de bonnes émissions de collègues. Je suis fier d’eux et qualifié dans cette équipe. On le fait sans lien fort, Emilion (Jacqueline), qui se repose et qui rentre tôt. Nous restons une équipe très compétitive. »

Lire Aussi :  Accord de principe entre Lionel Messi et le PSG pour une prolongation

En bon capitaine, Quentin Fillon Maillet, satisfait de sa prestation (une seule pioche), a expliqué la difficulté de ce poste à grande vitesse et a défendu son coéquipier : “ Les circonstances ne sont pas faciles, il s’impose en repoussant durement les deux athlètes. Quand on se bat en première ligne, ce n’est pas facile. Au fur et à mesure que le relais avance, la pression augmente. Ce n’est pas facile à gérer. Le format est petit et dynamique, ce qui rend la prise de vue plus difficile. On voit qu’il y a généralement plus de défauts dans les relais que chez les personnes. C’est la forme. Une boule de pique n’est pas chère mais elle électrise le coup et le rend plus dur. »

Lire Aussi :  EN DIRECT - Guerre en Ukraine : le gouvernement russe divisé sur une offensive hivernale

Dans la dernière phase, Fabian Claude a continué à presser. Malgré une grosse frayeur au tir couché à trois pioches, il a bien tenu le coup jusqu’au sans-faute pour terminer à 55’6 des intouchables Norvégiens. Ensuite, Johannes Boe s’est envolé dès qu’il a pris le relais. Le dossard jaune a pu goûter la ligne d’arrivée.

Lire Aussi :  XV de France : de retour de blessure, Cyril Baille va-t-il être lancé d’entrée contre l’Australie ?

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button