L’Algérie a besoin d’un prix du baril de pétrole à 150 $

L’économie algérienne marque des points dans le contexte de la crise mondiale due à la guerre en Ukraine. Cette crise est une aubaine pour l’Algérie, dont les revenus pétroliers ont fortement augmenté et sont en passe de dégager un excédent commercial en 2022. En 2023, cependant, cette situation sera différente. L’économie sera caractérisée par la croissance du PIB algérien. C’est du moins ce qui ressort des conclusions du dernier rapport d’octobre 2022 du Fonds monétaire international (FMI).

Les prévisions du FMI pour 2023 ne sont pas optimistes. Selon le rapport de l’institution financière, la soi-disant reprise économique mondiale ne se produira certainement pas en 2023. Ce rapport indique que si les indicateurs actuels se maintiennent, l’économie algérienne va ralentir. Dans son rapport d’octobre, le Fonds prévoit que le taux de croissance de l’Algérie pour l’année prochaine ne sera que de 2,6 %. Un taux d’intérêt qui n’est pas le même que dans le projet de loi de finances 2023, qui est de 4,1 %.

Lire Aussi :  le déficit public un peu moins fort que prévu, à 4,9%

Dans son rapport d’octobre, le FMI explique les raisons du déclin de l’économie mondiale en 2023. En premier lieu, l’institution évoque l’inflation, qui n’épargne aucune région du monde, avec des hausses de prix sans précédent qui empêchent la reprise de la croissance économique. . “L’activité économique mondiale traverse un ralentissement général plus marqué que prévu, l’inflation atteint un niveau jamais vu depuis des décennies. La crise du coût de la vie, le resserrement des conditions financières dans la plupart des régions, l’invasion de l’Ukraine par la Russie et les effets persistants de la pandémie de Covid-19 pèsent tous lourdement sur les perspectives.” – souligné dans le rapport du FMI.

Lire Aussi :  Le marché des cryptomonnaies remonte et les liquidations s'enchainent – Pourquoi ?

Un baril de pétrole s’attend à un budget équilibré en 2023 à 150 $

L’institution financière s’est également penchée sur son dernier rapport sur la situation des pays producteurs de pétrole, notamment en ce qui concerne le solde budgétaire de chaque économie. Dans ce rapport, les experts du FMI se sont attachés à déterminer la valeur seuil du prix du baril à partir de laquelle chacun peut atteindre son équilibre.

Dans le cas de l’Algérie, selon l’estimation du rapport, cet équilibre pourra être assuré en 2023 à un prix moyen de près de 150 dollars le baril. « L’Algérie aura besoin de pétrole à 149,2 dollars le baril pour équilibrer son budget, culminant à plusieurs. plus de 13 700 milliards de dinars », détaille le rapport. Dans le projet de loi de finances 2023, le gouvernement prévoit ici aussi un déficit moindre, celui-ci est de l’ordre de 5 700 milliards de dinars, soit près de 40 milliards de dollars dans le projet de loi de finances.

Lire Aussi :  La plateforme de cryptomonnaies Binance renonce à racheter FTX

Cependant, il convient de noter que si le PLF en question prévoit des revenus pétroliers de 57 milliards de dollars à un prix de référence de 60 dollars le baril, les prix du pétrole oscillent actuellement au-dessus de 90 dollars, obligeant les pays de l’OPEP à réduire leur production de 2 millions de barils par jour pour ralentir ce vers le bas. la diminution.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button