le retour brutal et viscéral des créateurs de Dead

Protocole CallistoJacob Lee est un transporteur interstellaire. Il transporte des marchandises sans trop se poser de questions sur la nature de sa cargaison. Un jour, son vaisseau s’écrase sur la planète Callisto, qui abrite une prison spatiale appelée Black Iron. A peine secouru, il est immédiatement emprisonné sans explication. Pire encore, le complexe pénitentiaire devient un cauchemar alors que les détenus et le personnel se transforment en créatures infernales. Seul, désorienté, Jacob Lee n’a d’autre choix que de tenter de s’évader… D’emblée, Le Protocole Callisto rappellera aux cinéphiles Alien 3, sa planète prison Fiorina “Fury 161, également peuplée d’un criminel condamné. Le célèbre Xénomorphe Le autre référence, déjà mentionnée, n’est autre que Dead Space, puisque Jacob Lee partage de nombreuses caractéristiques avec Isaac Clarke : tout comme lui, il n’est pas un combattant expérimenté (Isaac était ingénieur dans Dead Space), et tout comme lui, il n’a pas idée de l’incroyable tour dans lequel il s’est fourré. Vous découvrirez la suite de l’histoire à travers des logs audio laissés ça et là par les membres du staff de Black Iron, ou encore à travers des hologrammes de vagues personnalités… de l’eau chaude (ou du beurre coupant du fil ) avec le scénario. Ne réinventant pas, il adopte les thèmes coûteux des jeux d’horreur ultérieurs, poussés par les théories du complot les plus en vogue. Mais ce n’est pas vraiment à ce stade que nous nous attendons à ce que le jeu…

Protocole Callisto

Linge fou

Protocole CallistoDès la première minute, le protocole Callisto renoue avec le succès de Dead Space, l’ambiance ! La prison de Black Iron est une véritable maison hantée, avec des lumières vacillantes, des ombres inquiétantes, et surtout, surtout, un son aussi stressant que possible. Grondements inconfortables, bruits de pas sur les canalisations à proximité, bruits métalliques de lourdes portes qui s’ouvrent, fuites de vapeur ou de gaz, musique forte avec tout, rien ne s’échappe pour vous stresser au maximum. Cela vaut vraiment la peine de souligner cet aspect du jeu, car c’est en fait l’une de ses mécaniques les plus admirables, cette capacité à établir un sentiment de danger constant, alors que parfois il n’y a aucune raison objective d’avoir peur. Le simple fait de marcher dans un couloir peut être éprouvant pour les nerfs, vous avez tellement peur de rencontrer une créature hideuse. Et bien sûr, cela arrive toujours quand on s’y attend le moins. Tout comme Dead Space, The Callisto Protocol maîtrise parfaitement l’effet de surprise (carré de saut), ne vous laissant aucun moyen d’anticiper l’attaque brutale d’un monstre. Et quand vient le temps de se battre, les choses deviennent visibles…

Lire Aussi :  Les Saoudiens estiment que le chinois est la «langue de l'avenir»

Protocole Callisto

Protocole de survie

Protocole CallistoLe gameplay de The Callisto Protocol repose sur un triptyque dont il faut apprendre les nuances : corps à corps, tir et prise en main. Jacob Lee peut attaquer les ennemis avec une matraque électrique pour infliger de lourds dégâts, pouvant aller jusqu’à l’écrasement. Mais surtout, il a la capacité d’esquiver les attaques des monstres, ce qui est essentiel à la survie. Au début, ce mécanisme de jeu est quelque peu contre-intuitif. Dans la plupart des jeux, l’esquive repose sur un timing précis, en appuyant sur une touche au bon moment pour éviter un coup. Pas dans le protocole Callisto. Ici, inclinez le stick à droite ou à gauche et attendez l’attaque, pour que Jacob Lee esquive automatiquement. trop facile? Pas tant que ça, car pour éviter un second coup, il est indispensable d’orienter le manche dans le sens inverse de la première esquive. Et il n’est pas toujours clair si un monstre prendra deux ou trois coups, ou s’arrêtera, vous donnant une chance de contre-attaquer. A noter qu’il est également possible de bloquer des attaques, mais assez rapidement vous tomberez sur des ennemis capables de briser cette garde, ce qui finalement ne servira à rien.

Protocole Callisto

guerre de la mort

Protocole CallistoLa maîtrise de l’art du combat au corps à corps est essentielle, car les armes à feu n’ont qu’un intérêt relatif. Les munitions sont assez limitées et il faut beaucoup de tirs pour tuer un ennemi. En fait, les canons agissent plus comme un “finisher” : après un coup combo avec la matraque, vous pouvez rapidement tirer sur l’ennemi, ce qui fait beaucoup de dégâts. Enfin pris en main. Ce n’est rien de plus qu’une variante de Stasis in Dead Space, comme la possibilité de saisir à distance des ennemis ou certains objets avant de les envoyer voler contre d’autres monstres ou de poser des pièges mortels. Bien entendu, l’utilisation de la poignée est limitée par la batterie rechargeable pour éviter les abus. Plus vous progresserez, plus vous apprendrez à utiliser tous ces moyens à bon escient et à faire les bons choix. Par exemple, envoyer un monstre dans un piège mortel est nettement plus rapide, mais dans ce cas vous ne pourrez pas récupérer de munitions ou d’argent sur son corps… Enfin, tout dépend du piège ! En général, le système de combat de Callisto Protocol devrait vous garder au frais. Vous risquez de paniquer rapidement face à des adversaires 3.4, mais si vous savez comment les affaiblir très rapidement, vous éviterez d’avoir des sueurs froides. Pas si facile en début de partie, et vous risquez souvent de mourir, mais c’est là que le boulot entre en jeu ! A noter que le jeu propose également quelques étapes d’infiltration pour éliminer silencieusement des monstres, mais c’est tellement anecdotique qu’il ne faut pas trop compter sur cette méthode pour traverser la prison de Black Iron.

Lire Aussi :  Challenge BBB-DV : Emilien Jeannière a le mieux fini - Actualité

Protocole Callisto

Visites guidées

Protocole CallistoEn dehors des combats, le protocole Callisto reste assez standard. L’exploration se limite, comme dans beaucoup de jeux de ce genre, à trouver un fusible ou une carte magnétique pour ouvrir une porte, et souvent la quête ne dure pas très longtemps. Si le jeu dans son ensemble est un long couloir, certaines zones permettent de sortir des sentiers battus, d’aller récolter des bonus ou de découvrir de mystérieuses salles secrètes. Certaines scènes sont même presque des “simulateurs de marche”, en l’absence de monstres ou de véritables défis, mais là encore l’ambiance déjantée peut “cacher” l’absence totale de gameplay. Callisto Protocol propose également des éléments RPG avec la possibilité d’améliorer votre arme et votre force de préhension. Là encore, cela rappelle fortement Dead Space : il faut trouver une imprimante 3D pour “imprimer” les upgrades classiques (augmentation de puissance, plus de munitions, etc.). N’oubliez pas, comme Dead Space encore, vous n’aurez pas assez d’argent pour améliorer tout votre équipement en courant : vous devrez choisir entre votre matraque, votre arme ou votre grip ! Enfin, sachez qu’il est tout à fait possible de passer à côté de certaines armes car il faut d’abord récupérer les plans pour les imprimer. Dites adieu aux fusils de chasse si vous ne cherchez pas bien, par exemple…

Lire Aussi :  “Maybe Next Time”, une comédie engagée sur la place des femmes dans la tech

Protocole Callisto

Une perception maligne

Protocole CallistoTechniquement, le protocole Callisto fait un excellent travail pour créer cela. J’entends par là que les textures ne sont pas particulièrement subtiles ou détaillées, et que les décors finissent par être assez similaires d’un bout à l’autre. Reste que le travail d’éclairage (diffus, stroboscopique, lumineux, coloré) magnifie l’environnement de base assez terne. Si le modelage de Jacob Lee est affaire de soin, il n’en va pas de même pour les autres personnages (rares) dont les visages sont trop statiques. Même réserve concernant le bestiaire qui manque un peu de variété. À l’exception de quelques insectes, les monstres sont tous des humanoïdes plus ou moins grands ou grands. Le même “profil” revient si souvent, surtout en fin de partie, avec un ennemi particulièrement douloureux… Mais là encore, la mise en scène sauve tout, là encore une bande son déjantée et des plans ultra gores, surtout quand Jacob est tué . Aussi triste que puisse être le carnage et oui, encore une fois, comme Dead Space, il est impossible de résumer ces séquences d’une simple pression sur un bouton. Vous penserez à casser Jacob plus d’une fois… Notez que le jeu a pas mal planté lors de ce test, vous obligeant même à relancer une ancienne sauvegarde, mais plusieurs patchs déployés espèrent régler tous les problèmes de la version commerciale. être le jeu



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button