le tourisme international atteindra 65% des niveaux de 2019 d’ici la fin de l’année

Malgré la reprise, parfois meilleure que prévu, le tourisme international continue de se redresser. Selon le dernier baromètre de l’OMT, il est en passe d’atteindre 65 % de son niveau d’avant la pandémie. Dans le détail, l’OMT estime que 700 millions de touristes ont voyagé à l’international entre janvier et septembre, soit plus du double (+133%) du nombre enregistré durant la même période en 2021. Cela équivaut à 63 % des niveaux de 2019. Il est en passe d’atteindre 65% de ses niveaux d’avant Covid cette année, prédit l’OMT, dont les résultats s’expliquent par “une forte demande, l’amélioration des niveaux de confiance et la levée des restrictions dans un nombre croissant de destinations”. Le baromètre révèle également que les arrivées mensuelles en janvier 2022 étaient inférieures de 64 % aux niveaux de 2019 et ont atteint -27 % en septembre. 340 millions d’arrivées internationales ont été enregistrées au cours du seul troisième trimestre de 2022, soit près de 50% du total sur neuf mois, a indiqué l’OMT.

L’Europe continue de se redresser

En termes de répartition géographique, l’Europe continue de se redresser dans le tourisme mondial. La région a accueilli 477 millions d’arrivées internationales entre janvier et septembre 2022 (68 % du total mondial), atteignant 81 % des niveaux d’avant la pandémie. Ce nombre fait plus que doubler en 2021 (+126%), avec une performance tirée par la demande interrégionale et les voyages en provenance des États-Unis. L’Europe a été particulièrement performante au troisième trimestre, où les arrivées ont atteint près de 90 % des niveaux de 2019.

Lire Aussi :  La France continue à exporter des milliers de tonnes de pesticides ultratoxiques, malgré l’interdiction de cette pratique

Le Moyen-Orient a vu les arrivées internationales plus que tripler (+225 %) d’une année sur l’autre de janvier à septembre 2022, en hausse de 77 % par rapport aux niveaux d’avant la pandémie. L’Afrique (+166%) et les Amériques (+106%) ont également enregistré une forte croissance par rapport à 2021, atteignant respectivement 63% et 66% des niveaux de 2019.

En Asie-Pacifique (+230%), les arrivées ont triplé sur les neuf premiers mois de 2022, reflétant l’ouverture de plusieurs destinations dont le Japon en octobre. Cependant, les arrivées en Asie-Pacifique étaient inférieures de 83 % aux niveaux de 2019. La Chine, un marché clé pour la région, est restée fermée, malgré un certain soulagement récent.

Les revenus augmentent pour certaines destinations

De nombreuses sous-régions ont atteint entre 80% et 90% de leurs râteaux pré-pandémiques en janvier-septembre 2022. L’Europe de l’Ouest (88 %) et l’Europe du Sud de la Méditerranée (86 %) se sont redressées le plus rapidement pour atteindre les niveaux de 2019. Les Caraïbes, l’Amérique centrale (82 % chacune) et l’Europe du Nord (81 %) ont également bien performé. L’Albanie, l’Éthiopie, le Honduras, Andorre, Porto Rico, la République dominicaine, la Colombie, El Salvador et l’Islande sont les destinations qui ont vu les arrivées dépasser les niveaux d’avant Covid au cours des neuf mois précédant septembre.

Lire Aussi :  après les incessants bombardements russes en plein hiver, Kiev dénonce « un crime contre l’humanité »

En septembre, les arrivées au Moyen-Orient (+3 % par rapport à 2019) et aux Caraïbes (+1 %) ont dépassé les niveaux précédents. Ils sont suivis de près en Amérique centrale (-7%), en Europe du Nord (-9%) et en Europe du Sud et Méditerranée (-10%).

Dans le même temps, certaines destinations affichent des augmentations significatives des recettes du tourisme international au cours des sept à neuf premiers mois de 2022. C’est notamment le cas de la Turquie, du Portugal, du Mexique, du Maroc et de la France. Les dépenses du tourisme émetteur des principaux marchés émetteurs ont également connu une reprise, avec de solides résultats en France, où les dépenses ont atteint -8 % sur l’année jusqu’en septembre par rapport à 2019. D’autres marchés sont fortement dépensés au cours des six à neuf premiers mois. 2022, dont la Belgique, l’Allemagne, l’Italie, les États-Unis, le Qatar, l’Inde et l’Arabie saoudite.

La reprise du secteur du tourisme se reflète également dans plusieurs indicateurs clés de l’industrie. La capacité en sièges aériens sur les liaisons internationales (mesurée en sièges-kilomètres disponibles ou ASK) a atteint 62 % des niveaux de 2019 de janvier à août, l’Europe (78 %) et les Amériques (76 %) enregistrant les meilleurs résultats. La capacité intérieure mondiale a augmenté à 86 % des niveaux de 2019, le Moyen-Orient (99 %) étant presque revenu aux niveaux d’avant la pandémie (IATA).

Lire Aussi :  « La règle de neutralité est devenue un prétexte pour faire taire les critiques, et non un outil de promotion de l’universalité des valeurs du sport »

Un optimisme prudent

Parallèlement, le taux d’occupation mondial des hôtels est passé à 66 % en septembre 2022, contre 43 % en janvier. L’Europe a ouvert la voie avec des taux d’occupation de 77 % en septembre 2022, après des taux de 74 % en juillet et août. Les Amériques (66%), le Moyen-Orient (63%) et l’Afrique (61%) enregistrent des taux d’occupation supérieurs à 60% en septembre. Par sous-région, l’Europe du Sud (79%), l’Europe de l’Ouest (75%) et l’Océanie (70%) ont enregistré les taux d’occupation les plus élevés en septembre 2022.

Mais les inquiétudes demeurent. Un environnement économique difficile, avec une inflation élevée et une hausse des prix de l’énergie, exacerbée par l’offensive russe en Ukraine, pourrait peser sur le rythme de la reprise au quatrième trimestre et jusqu’en 2023, a analysé l’OMT. La dernière enquête du Groupe d’experts en tourisme de l’OMT montre une baisse des niveaux de confiance au cours des quatre derniers mois de 2022, reflétant un optimisme plus prudent. Bien que le rythme de la reprise indique un ralentissement, les recettes d’exportation du tourisme pourraient atteindre 1 200 à 1 300 milliards de dollars en 2022, soit une augmentation de 60 à 70 % par rapport à 2021 ou 70 à 80 % des 1 800 milliards de dollars enregistrés en 2019.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button