Le Train, concurrent néo-aquitain de la SNCF, devrait faire rouler ses TGV début 2024

Le Train, premier opérateur privé français à proposer un service à grande vitesse, vient d’obtenir sa licence d’entreprise ferroviaire et a choisi la société espagnole Talgo pour concevoir et entretenir ses trains. Le lancement commercial du train est prévu en 2024 sur cinq lignes du Grand Ouest, dont Bordeaux-Nantes et Bordeaux-Rennes.

Le Train, basé à Bordeaux et Angoulême, a annoncé ce lundi 23 janvier avoir conclu un accord avec la société espagnole Talgo pour la production et la maintenance du nouveau matériel roulant.

Des dizaines d’avirons seront produits à partir du premier semestre 2023. Le premier sortira des ateliers début 2025, il pourra transporter 350 passagers, et une quarantaine de places seront prévues pour vélos et planches de surf.

Lire Aussi :  ce qui va se passer à partir du 1er janvier 2023

Unité de recherche en Nouvelle-Aquitaine

Environ 300 millions d’euros seront investis dans l’acquisition de ces trains miniatures Avril. Cette année, ils sont en construction à Rivabellosa, “au coeur du Pays basque espagnol, dans le berceau industriel du constructeur situé à 300 km de Bordeaux”, selon le communiqué des deux entreprises.

« Nous avons choisi Talgo, un constructeur européen de référence avec une technologie industrielle de pointe et une robustesse industrielle, ce qui est essentiel pour l’excellence des équipements fabriqués et le respect du planning », déclare Alain Getraud, PDG du Train.

Des trains conçus par Talgo circuleront dans le Grand Ouest (RD) en 2025

Outre l’achat et la maintenance des équipements des trains en France, l’accord entre les deux sociétés porte également sur la création d’un service commun de recherche et développement en Nouvelle-Aquitaine. L’objectif : “Développer en commun des trains du futur plus performants”.

Lire Aussi :  Pont-Sainte-Maxence : Arnaud Dumontier renonce aux vœux par mesure d’économie

Départ en 2024

Alors que la France n’a ouvert que récemment les services voyageurs à la concurrence, Train a obtenu le 24 décembre une licence d’entreprise ferroviaire, une licence délivrée par l’État indispensable à l’exploitation des trains. L’entreprise revendique d’être “le premier opérateur privé français” à proposer un service à grande vitesse pour les déplacements régionaux et interrégionaux.

Lire Aussi :  Des échangent autour de la nouvelle économie du sport à Dubaï

En attendant la livraison des nouvelles rames, la société bordelaise espère acquérir du matériel d’occasion auprès de différents opérateurs européens pour démarrer l’exploitation. Celle-ci devrait véritablement commencer début 2024, notamment avec la mise en service des lignes Bordeaux – Nantes / Bordeaux-Rennes / Bordeaux-Angoulême, avec le prolongement d’Arcachon.

Au total, le futur concurrent de la SNCF prévoit d’exploiter 5 lignes à grande vitesse dans le Grand-Ouest, desservant 11 destinations, dont Tours, La Rochelle, Poitiers, Angers, soit 50 trains par jour et 3 millions de voyageurs par an. L’entreprise “prévoit d’embaucher plus de 150 salariés d’ici la mise en service pour assurer les opérations (pilotes, personnel navigant, etc.)”.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button