Nathalie Reims dresse le portrait de son amant Marcel Mouloudji dans son livre « Au long des jours »

1977. Au Théâtre de la Ville, on joue Mante polaire. Maria Casares joue Catherine de Russie, avec Nathalie Rhimes, 18 ans, jouant sa petite fille. Le soir du général, l’actrice place une bague en onyx sur la coiffeuse de l’apprentie actrice, avec une inscription inscrite dessus. “Soyez heureux”symbole “Maria”. Le bonheur vient sous la forme d’un à la fin du spectacle “Une silhouette étrangement familière” pour “Le sourire le plus beau, le plus franc, le plus charmant”:Marcel Mouloudzi. La chanteuse complimente son espièglerie, elle tombe amoureuse de lui au premier regard. Quelques jours après leur rencontre, elle pousse la porte d’un cabaret de music-hall pour entendre sa voix.

A lire aussi – Les lettres d’amour de Stephen Zweig à sa seconde épouse : une correspondance magnifique et intemporelle

Quelle est la suite après cette annonce ?

Après deux décennies de succès, Mouloudzi se retrouve dans un creux de vague, abîmé par la notoriété, marqué par la disparition de ses pères de substitution : Raymond Quineau, Marcel Duhamel et Jacques Prévert, tous trois décédés en l’espace de six mois. La jeune femme lui explique “Quelques aspects pervers de la soi-disant jeunesse dorée” , son enfance entre une mère démente et un père maçon kabyle. Un père l’emmène à la Fête de l’Huma dès l’âge de 8 ans, l’amène au Parti Communiste et en est fier. parvenu “Au dessus de l’affiche” En interprétant Un déserteur Vian, Un petit coquelicotEt Plainte des infidèlesDevenu chanteur dans les années 1950 “Tout[’il] Détesté : Étoile ».

Un homme libre

“La façon dont ils se racontent, me révélant leur vulnérabilité, je veux de plus en plus devenir une ligne de couleur dans l’histoire vaste et parfois sombre de leur vie.” , fait référence à l’auteur à l’envers. Quarante-cinq ans plus tard, elle a trouvé sa propre façon d’expliquer cet amoureux d’un an. Sans citer son nom, appelé le conte de fées. Comme ne pas enfermer un homme libre allergique à toutes les règles qu’elle n’est pas sûre de comprendre. Le temps de lire ses livres, d’écouter ses chansons. Un cliché pris par sa sœur, la photographe Bettina Rhimes, efface ses souvenirs. « C’est nous dans ce cliché en noir et blanc. J’avais le sentiment d’avoir entre les mains l’image la plus rare et la plus précieuse qui puisse exister. […] C’est à moi de faire perdurer ou disparaître cette existence fragile. ” Durant la journéePuis mis sur papier, et la chanson de ses amants ressuscités est restée dans l’oubli.

Quelle est la suite après cette annonce ?

Au fil des joursNathalie Rames – Éditions Leo Scheer, 17 euros

A lire aussi – Café Littéraire d’Anne Berest

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button