Otan : Les quatre Rafale français déployés en Lituanie ne feront pas que de la police du ciel

En 2014, au lendemain de l’annexion de la Crimée par la Russie et de la séparation de deux régions ukrainiennes du Donbass, la France a renforcé le flanc Est de l’Otan en déployant quatre Rafale au-dessus de la base aérienne de Malbork. [Pologne]Dans le cadre de la Baltic Air Policing Mission, elle vise toujours à fournir des avions de police aérienne au profit des États baltes.

A cette époque, l’Air and Space Force [AAE] On a pris soin d’effacer le symbole Rafale envoyé en Pologne. Peut-être certains de ces appareils appartiennent-ils au régiment de chasse 2/30 “Normandie-Niemen”, qui jouit d’une popularité sans faille en Russie depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Par la suite, l’AAE a principalement déployé des Mirage 2000-5 du 1/2 Sigouness Fighter Group dans le cadre de la police aérienne de la Baltique. [désormais appelée « enhanced Air Policing » ou eAP]. Par ailleurs, un tournant a été l’annonce du déploiement de quatre Rafale du 30th Fighter Wing en Lituanie.

Lire Aussi :  Emirates Agence Nouvelles - Protéger la paix, une responsabilité internationale : Le Conseil mondial pour la tolérance et la paix

Avec cela, ces avions Rafale ont décollé de la base aérienne [BA] 118 de Mont-de-Marson le 25 novembre, et partit pour Šiauliai, où ils relèveraient quatre JAS-39 Gripen C de l’armée de l’air hongroise. Des images de leur arrivée sur le sol lituanien ont été diffusées par l’AAE et l’état-major général des forces armées [EMA] Dans les réseaux sociaux.

Le premier constat – qui est anecdotique – est que contrairement à la précédente mission en Pologne, les insignes des quatre Rafale n’ont pas été enlevés. Et on s’aperçoit – quoique sans surprise – qu’ils appartiennent aux escadrilles de chasse “Normandie-Niemen” et 3/30 “Lorraine”.

Par ailleurs, dans une vidéo publiée par l’EMA, on voit au moins un de ces Rafale équipé de ses missiles MICA EM et MICA IR ainsi que d’une nacelle de désignation de cible et d’imagerie infrarouge. Vu la qualité des images, difficile de dire avec certitude s’il s’agit du “pod” de Damoclès ou de Talios, ce dernier étant plus efficace que le premier.

Cependant, il peut être surprenant qu’un tel équipement existe pour des missions de police du ciel telles que l’interception et la détection d’aéronefs à proximité de l’espace aérien des pays baltes, même s’il dispose de capteurs lui permettant de détecter et d’identifier visuellement de petites cibles aériennes. . Généralement, ces nacelles sont utilisées pour l’attaque au sol et la détection de cible, pas pour la police du ciel…

Lire Aussi :  Le programme du 14ème Festival international de la mode en Afrique dévoilé à Rabat

Cependant, la défense de l’espace aérien des pays baltes n’était pas le seul objectif des avions engagés dans l’opération eAP. En effet, ils sont régulièrement appelés à s’entraîner au profit des forces locales et des manœuvres de l’Otan, comme le Kumak 22 qui vient d’être mené dans le corridor de Sulvalki, secteur stratégique entre la Biélorussie et l’enclave de Kaliningrad. Le seul accès terrestre des États baltes aux États membres de l’Union européenne et de l’Alliance atlantique.

Lire Aussi :  des restrictions d’électricité supplémentaires à Kiev et dans plusieurs autres régions



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button