Parlons MotoGP : Mais où est passé Franco Morbidelli ?

On continue notre rétrospective de la saison de chaque pilote, de la dernière à la dernière Pecco Bagnaia. Pour apprécier la performance de nos héros, il ne suffit pas de regarder leur place au classement. Par conséquent, nous nous intéresserons à la dynamique, au contexte, aux qualifications, aux attentes qu’un conducteur donné a soulevées lors de l’évaluation de sa campagne. Hier c’était la première saison Fabio Di Giannantonio qui a été honoré. Vous pouvez trouver l’article correspondant en cliquant sur cette phrase en surbrillance.

Nous vous rappelons que cet avis reste subjectif et ne reflète que la pensée de son auteur.

I) Disparition

2 mai 2021 à Franco Morbidelli, l’actuel vice-champion du monde, a franchi la ligne d’arrivée du Grand Prix d’Espagne en troisième position. Une belle performance, cela a certainement aidé le syndrome du compartiment dont Quartararo souffrait en même temps. En 2020, “Franky” a fait preuve d’un grand sens de la course et a régulièrement escaladé la boîte. alors rien. Morbidelli vient de disparaître des radars.

Lire Aussi :  Philippe Saint-André répond à Maxime Mermoz : « Le mot ''lâche'', j'ai du mal »

La raison principale ? Grave blessure au genou. Déjà affligé au ranch, le mal s’est intensifié lors de la troisième séance d’essais du Grand Prix de France. Alors qu’il s’entraînait pour changer de vélo, son articulation s’est usée. Ce fut le début des ennuis. Quatre courses terribles ont suivi, puis un arrêt pour pallier le problème.

Après avoir été expulsé de Maverick Viñalesil a été promu à côté pilote d’usine Fabio Quartararosous la forme de sa vie. Mais à la fin de la saison, on s’est rendu compte que ce n’était plus pareil. Pas de top 10 en cinq courses et Franky toujours handicapé physique.

Lire Aussi :  Sélection en volleyball à l'école: des parents dénoncent qu'on mesure la longueur des bras

Franky dans ses œuvres. Photo: Michelin Motorsport

II) “100 %”

Vient ensuite la saison 2022. En début d’année, le champion du monde Moto2 2017 signale à la presse qu’il est de retour “100 %”. De plus, en Indonésie, il a franchi la ligne d’arrivée en septième position, ce qui est plus qu’encourageant. Malheureusement, il ne finira jamais plus haut.

D’un point de vue comptable, le bilan est terrible. Morbidelli a 206 points de retard sur son coéquipier (plus gros écart en équipe cette saison), avec une moyenne de 2,1 points par course, et a même été battu à plusieurs reprises par Daryn Binder, pilote satellite. C’est la pire saison complète – sans manquer une seule manche – pour un pilote “officiel” depuis le rookie Sam Lowes chez Aprilia en 2017 (cinq points en 18 manches). Et encore une fois, l’équipe Aprilia était dirigée par Gresini Racing. Et non, c’est du jamais vu à l’ère moderne.

Lire Aussi :  Rugby à XV - Top 14 : pour remplacer Tristan Tedder, le staff de l'USAP va miser sur Boris Goutard contre La Rochelle

En piste, Franco Morbidelli a fait beaucoup d’erreurs et a abandonné cinq fois. Il a souvent été averti et la course de Sepang symbolise son calvaire : bien qu’il ait dû faire deux longs tours en raison d’un incident dont il était responsable plus tôt dans le week-end, il a tout de même trouvé le moyen de passer du temps avec Aleix Espargaró dans les derniers instants, signifiant une nouvelle pénalité de temps. Ce fait de course lui vaudra des mots durs de la part de l’Espagnol, qui apparaît régulièrement dans les communiqués de presse : “Je ne sais pas s’il est d’ici ou d’une autre planète”.

Une fin de saison encourageante. Photo: Michelin Motorsport

III) Réflexion

C’est un excellent pilote qui, selon son équipe, a perdu la tête. Il y a encore matière à espérer, à savoir une fin de saison correcte et paradoxalement Sepang, sans doute sa meilleure épreuve cette année. Il n’a jamais pu aider “Le Diablo” dans la course au titre et doit déjà penser aux portes de sortie pour 2024.

La Yamaha YZR-M1 est l’une des deux pires machines pour gagner en confiance. Pourtant, c’est un tour de force que Morbidelli devra réaliser cet hiver. D’une part, se reposer et essayer de maintenir des progrès tardifs mais réels. Nous pensons qu’il pourra retrouver une forme décente en 2023, même si nous doutons sérieusement qu’il retrouvera suffisamment de vitesse pour rivaliser avec les meilleurs. En revanche, il peut parfaitement éviter de pousser jusqu’à ce qu’il commette des erreurs évitables, seul ou avec d’autres pilotes. Dans le même temps, Fabio a pris à juste titre la tête des opérations chez Yamaha. Avec une machine plus orientée Quarta, l’Italien a le don brut de survivre et de rester plus souvent dans le top 10.

Application :

Sa saison, l’une des pires pour un pilote d’usine en 73 ans de Grand Prix, est plus que décevante. Un traumatisme physique peut provoquer un blocage profond, un fait étudié depuis des décennies par des chercheurs et des psychologues. La légère amélioration vers la fin de la saison est cependant encourageante. Cela dit, nous pensons toujours que Franky aura du mal en 2023 et sera déjà heureux de jouer plus souvent dans le top 10 pour, espérons-le, revenir dans l’équipe satellite du milieu de terrain en 2024. On espère sincèrement qu’il nous prouvera le contraire et retrouvera l’élan de 2020, mais deux saisons à très haut niveau, c’est une période énorme.

Que pensez-vous de sa campagne et, surtout, quels sont vos projets pour lui dans les années à venir ? Dites le nous dans les commentaires.

Bien sûr, cela ne vous fait pas aller plus vite, mais le casque de Franco Morbidelli est certainement l’un des plus beaux du MotoGP. Photo: Michelin Motorsport

Photo de couverture : Michelin Motorsport



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button