Repli en vue en Europe pour la dernière séance de l’année – 30/12/2022 à 07:42

Un trader travaille à la Bourse de Francfort

Un trader travaille à la Bourse de Francfort

écrit par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) – Les principaux marchés boursiers européens devraient être dans le rouge à l’ouverture vendredi, au terme d’une année défavorable pour les actions mondiales, compte tenu notamment du resserrement monétaire des principales banques centrales.

Selon les premières indications disponibles, le CAC 40 à Paris était en baisse de 0,53%, le Dax à Francfort était en baisse de 0,41%, le FTSE à Londres était en baisse de 0,27% et l’UK EuroStoxx 50 était en baisse de 0,47% ils montrent

Le dernier rendez-vous de 2022 ne sera sans doute pas le moment de prendre des risques. Les investisseurs ont passé ces derniers jours à se demander quelles seraient les conséquences pour les marchés si la Chine abandonnait sa politique « zéro COVID ».

La reprise des voyages peut d’une part donner un coup de pouce à l’économie mondiale, mais elle peut aussi propager le coronavirus au-delà des frontières de la Chine. D’autre part, les investisseurs craignent que l’augmentation de la demande chinoise ne fasse grimper les prix des matières premières, incitant les banques centrales à relever davantage les taux d’intérêt pour freiner l’inflation.

Lire Aussi :  USA : les valeurs à suivre à Wall Street - 07/11/2022 à 14:28

La lutte des institutions d’émission contre la hausse des prix a été au centre de l’actualité des marchés toute l’année et devrait le rester en 2023, parallèlement à l’apparition probable de la récession et des tensions géopolitiques.

Les marchés européens terminent l’année sur une performance négative : le CAC 40 est actuellement en baisse de 8,1 %, le Dax est en baisse de 11,41 %, et l’indice européen Stoxx 600 est en baisse de 11,78 %, soit la pire performance depuis 2018.

L’indice boursier mondial MSCI devrait faire moins bien, avec une baisse annuelle d’environ 20 %, du jamais vu depuis la crise financière de 2008.

Le Footsie, en revanche, devrait se démarquer avec une performance positive sur l’ensemble de l’année, l’indice phare de Londres bénéficiant d’une exposition aux prix des matières premières, en hausse avec la guerre en Ukraine.

VALEURS SUIVANTES :

À WALL STREET

Le marché boursier de New York a clôturé en hausse jeudi, tiré par un rebond des actions de croissance sur fond de ralentissement des rendements obligataires et d’un accueil positif continu de l’indice hebdomadaire des allocations de chômage.

Lire Aussi :  Neuf satellites envoyés du Royaume-Uni ce lundi soir grâce à une fusée installée sur un Boeing 747

Les données d’inscription légèrement plus élevées ont soutenu l’idée que le resserrement monétaire de la Réserve fédérale portait ses fruits, atténuant les inquiétudes concernant les futures hausses de taux.

Le Dow Jones a ajouté 345,09 points, ou 1,05 %, à 33 220,8, le S&P 500 a ajouté 66,06 points, ou 1,75 %, à 3 849,28, et le Nasdaq Composite a ajouté 264,80. Il a augmenté de 264,80 points, à 27,9 %, à 20,9 points.

Le volume des transactions a été relativement faible : 8,78 milliards d’actions ont été échangées, contre une moyenne de 10,95 milliards sur les vingt dernières séances.

EN ASIE

A Tokyo, le Nikkei a effacé ses gains en fin de séance pour finir parfaitement équilibré. Les marchés japonais ne rouvriront que mercredi après une pause pour les célébrations du Nouvel An.

En Chine, l’heure est venue pour les grands indices boursiers de rebondir, les investisseurs se concentrant sur les points positifs attendus en 2023, comme le soutien à la croissance de Pékin et la réouverture du pays malgré les incertitudes liées à l’évolution de la situation sanitaire. Relatif au COVID-19.

Les banques Citi, Bank of America et JPMorgan ont récemment relevé leurs recommandations sur les actions chinoises, qui s’attendent à une reprise économique l’année prochaine.

Lire Aussi :  Elizabeth Holmes condamnée à 11 ans de prison

L’indice CSI 300 à grande capitalisation de la Chine continentale a gagné 0,7 % et le SSE Composite de Shanghai a gagné 0,71 %

ÉCHANGE/PRIX COURS

Alors que l’appétit pour le risque diminuait, le dollar gagnait 0,17 % par rapport au panier de devises de référence. L’euro recule ainsi de -0,16% à 1,0644.

Les variations sont limitées sur le marché obligataire américain, où le rendement à dix ans est inchangé à 3,8369 %.

PÉTROLE

Les prix du pétrole augmentent légèrement pour la deuxième année consécutive en raison d’une offre réduite en raison de la guerre en Ukraine, d’un dollar plus fort et d’une faible demande chinoise.

Le prix du baril de Brent a augmenté de 0,61 % à 83,97 $, et le pétrole léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a augmenté de 0,68 % à 78,93 $.

Le premier affiche actuellement une croissance annuelle de 7,6 % après un bond de 50,2 % en 2021, et le second de 4,5 % en 2022, après une hausse de 55 % l’an dernier.

(Laetitia Volga, montage par Matthieu Protard)

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button