Teleperformance annonce un programme de rachat d’actions après la suspension de son titre – 10/11/2022 à 18:47

(Mise à jour avec les cotations, la négociation reprendra vendredi)

PARIS, 10 novembre (Reuters) – Teleperformance

TEPRF.PA a annoncé jeudi avoir lancé un programme de rachat d’actions de 150 millions d’euros après une baisse “disproportionnée” de son cours de bourse jeudi matin à la suite de l’ouverture d’une enquête sur des soupçons de violation du droit du travail en Colombie.

Les actions du groupe, qui a été suspendu à la Bourse de Paris vers 10h GMT, ont chuté de 33,90% à 175,95 € par heure de presse, la plus forte baisse en une seule séance.

Teleperformance a annoncé la reprise des cotations vendredi matin à 8h00 GMT à l’ouverture de la Bourse de Paris.

Le but du lancement du rachat d’actions est “d’envoyer un signal fort de confiance et de réassurance à nos actionnaires”, a déclaré le PDG Olivier Rigaudy lors d’un appel aux journalistes.

Lire Aussi :  Le propriétaire de la tour Chrysler devra verser plus de 37 millions de livres à son épouse française pour leur divorce

Interrogé sur les raisons de la suspension, Olivier Rigaudy a évoqué “le caractère explosif, inflammable de ce type de sujets” et “l’exceptionnelle volatilité du marché”.

“Les gens ont peur, ils prennent des décisions trop vite.”

Dans le même temps, le spécialiste français des centres d’appels indique dans un communiqué qu’il n’a pas encore reçu de notification officielle du gouvernement colombien concernant l’enquête, et qu’il se fie au résultat.

Selon Teleperfomance, “la direction de la filiale colombienne a toujours développé l’entreprise dans le respect de la loi”.

Avant la réaction, Edwin Palma Egea, ministre colombien des Relations du travail, a tweeté : “Nous avons décidé d’ouvrir une enquête contre Teleperformance”. “Nous avons informé l’entreprise et demandons à tous les travailleurs et organisations syndicales du pays de fournir des preuves de violations présumées des normes du travail.”

Lire Aussi :  la Fed relève son taux de 0,75 point de pourcentage mais pense à ralentir ses hausses

Selon plusieurs analystes, le déclenchement de l’enquête remonte à des informations du magazine américain Time et du Bureau of Investigative Journalism en octobre sur les conditions de travail en Colombie des employés chargés de modérer le réseau social. Tiktok, dont Teleperformance est un sous-traitant.

Selon ce communiqué, ces salariés, dont les droits syndicaux n’ont pas été respectés, ont été soumis à des conditions de travail traumatisantes pour un salaire de 10 dollars (10,05 €) par jour.

Lire Aussi :  L’affaire Twitter/Elon Musk expliquée en 90 secondes

Dans le cadre de leur travail, les modérateurs de TikTok devaient régulièrement regarder des images de meurtres, de maltraitance d’enfants et de violences sexuelles. Time a rapporté que les employés qui ont exprimé leur intention de se syndiquer ont fait l’objet de “menaces et d’intimidation”.

Concernant les conditions de rémunération, Olivier Rigaudy a indiqué que le salaire des animateurs est supérieur de 145 à 380 % à celui des agents traditionnels. Il a également souligné que les taux d’attrition des modérateurs de contenu étaient “assez élevés par nature” dans tous les pays où la société opère.

(Écrit par Laetitia Volga, Claude Chendjou et Augustin Turpin; Montage par Sophie Louet et Kate Entringer)

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button