Tom Watson a gagné 4 Majeurs avec un équipement illégal ! (1ère partie)

Tom WatsonPhoto : STEPHEN DUNN/GETTY IMAGES AMÉRIQUE DU NORD/Getty Images via AFP

La moitié du record du Grand Chelem de Tom Watson est gâchée par des victoires avec des équipements rendus plus tard illégaux. Ce fait jette-t-il une ombre sur la carrière légendaire de l’Américain ? Avant d’y répondre, résumons dans cette première partie les faits qui se déroulent à deux ans d’intervalle. Le meilleur…

Sébastien Broch

Le grand rival de Jack Nicklaus, l’Américain Tom Watson, est considéré comme l’un des plus grands golfeurs de l’histoire. En 40 ans de carrière, il a remporté notamment 8 facultés en 1975-1983. Les plus jeunes se souviennent de son exploit à l’Open 2009, où il a failli s’imposer à l’âge canonique de 59 ans.

Sa plus grande période remonte à la fin des années 1970, alors qu’il était le meilleur joueur du monde. Mais en ces temps glorieux, favorisé par des équipements deux fois jugés non conformes ? La question se pose après la découverte de l’historien américain Connor T. Lewis qui a retrouvé plusieurs articles de presse de l’époque détaillant deux polémiques impliquant 4 titres majeurs remportés en 1977 et 1982, ses deux meilleures saisons.

Première polémique en 1977

Tout a commencé en 1977, sa première grande année. Vainqueur du Masters puis du British Open (le célèbre “Duel au soleil” de Turberry), tous deux remportés sous la barbe inexistante de Jack Nicklaus, cherche à devenir le premier joueur depuis Ben Hogan en 1953 à remporter 3 Majeurs la même année. Tous les spécialistes sont convaincus qu’il peut y parvenir lors de l’US PGA, qui se déroule mi-août à Pebble Beach.

Lire Aussi :  Nice tombe au Puy, Nantes assure face à Vire en Coupe de France

Les rainures trop larges de ses clubs

C’est donc un grand favori que l’Américain entre dans le tournoi. Mais une nouvelle étonnante stoppera l’engin lors de sa partie reconnaissance. Il l’apprend Ram Tour Grind irons, les mêmes utilisés pour ses précédentes victoires, seraient illégaux ! A son initiative – qu’il faut souligner – il a subi un examen par des officiers de la PGA. Résultats d’inspection: la largeur de ses rainures dépasse la limite autoriséeréglable pendant des décennies à 0,89 mm !

Il n’est pas le seul dans cette affaire : huit joueurs sont impliqués, dont Gary Joueur et Ray Floyd qui utilisent les mêmes clubs Ram. Si ce dernier est venu avec une autre série de sauvegarde parfaitement légale, Tom Watson ne l’a pas. Puis il a ramené de chez lui à Kansas City une ancienne série qui est aussi considérée comme incompatible ! On ne sait pas si cela a servi ses victoires des années précédentes…

Lire Aussi :  Saint-Moritz | Le super-G Dames | Romane Miradoli sur le podium, Mikaela Shiffrin victorieuse

Il emprunte d’anciens clubs pour participer à la PGA américaine

Pourtant, après avoir chanté la victoire toute l’année, Watson est très mal préparé le matin du premier tour. Fatigué de la guerre, un compatriote lui prête des fers Roger Maltbie qui les gardait dans le coffre de sa voiture : 25 ans Silver Scot Series ! Avec un sand wedge emprunté au pro Leonard Thompson, ses bois et son putter (compatible avec eux !), il a le temps de les essayer huit fois à l’entraînement avant de se jeter dans le grand bain…

Malgré des grips trop fins et des grips trop mous, il termine le tournoi à la 6ème place, satisfait et soulagé de ce résultat. J’ai été particulièrement soulagé quand j’ai découvert les autorités ne lui enlèveront pas ses victoires au Masters et à l’Open, étant donné que Watson ignorait l’incompatibilité de ses clubs et que ces derniers n’étaient pas considérés comme illégaux au moment des faits. Fin de la polémique.

Deuxième controverse en 1982

Enfin sur celui-ci, car un autre a éclaté cinq ans plus tard… Tom Watson a retrouvé une certaine domination en 1982. Après une 5e place au Masters, a remporté l’US Open à… Pebble Beach et en face de… Jack Nicklaus. Son chip-in à 17 ans reste l’un des coups les plus célèbres de l’histoire. Un mois plus tard, remporte son 4ème Open face à Peter Oosterhuis et Nick Price. Le voilà reparti à la recherche du troisième majeur la même année…

Lire Aussi :  Passé tout près de la défaite, Gilles Simon repousse sa retraite en battant Andy Murray au Rolex Paris Masters

Finissant finalement 9e de l’US PGA, il l’a découvert quelques semaines plus tard en août un ballon utilisé depuis le début de la saison est considéré comme illégal ! Producteur : Encore Ram… L’USGA vient de juger que la balle Ram Pro Tour B, jouée par seulement quelques pros, est trop petite… de quelques millimètres de diamètre.

Tom Watson est toujours propre

Comme en 1977, les autorités ont blanchi Tom Watson de toute fraude et ont refusé de le disqualifier rétroactivement. L’Américain conservera enfin ses 8 Majors sur son roster et reste à ce jour l’un des plus grands joueurs de l’histoire.

Sa légende a-t-elle été ternie par ces révélations ? Malgré les erreurs de l’équipementier, peu de doute subsiste. Rendez-vous dans la deuxième partie… dans une semaine !

Photo © STEPHEN DUNN / GETTY IMAGES AMÉRIQUE DU NORD / Getty Images via AFP

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button