« Bombe sale », « combats féroces »… Une semaine de tensions en quatre infographies

Accusations de “bombe sale” du Kremlin contre les Ukrainiens, combats acharnés à Bakhmout dans l’est du pays, conséquences de l’accord de la mer Noire sur les exportations de céréales, nombre toujours croissant de victimes civiles… Cette semaine, les combats se poursuivent en Ukraine alors que Vladimir Poutine entre dans la décennie “la plus dangereuse” depuis la meurtrière 1945. Voici un point en quatre infographies sur les tensions de la nouvelle semaine, qui culminera avec le 247e jour de conflit ce vendredi.

“Lutte féroce” à l’Est

Carte de la situation en Ukraine à 8 heures du matin le 28 octobre.
Carte de la situation en Ukraine à 8 heures du matin le 28 octobre. -Simon Malfatto, Sophie Ramis / AFP

Les combats se poursuivent près des zones contrôlées par l’armée russe dans l’est de l’Ukraine. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré mercredi que “des combats très acharnés” avaient lieu “près de Bakhmaut” dans la région de Donetsk, ajoutant qu’il n’y avait pas de changements significatifs sur la ligne de front.

A Bakhmaut, une petite ville de l’est du pays, des soldats russes de la compagnie militaire privée Wagner sont déployés. Parmi eux, des ex-prisonniers envoyés au front, travaillent comme appâts pendant plusieurs semaines au rythme de sept à huit commandos par nuit.

Lire Aussi :  DIRECT. Guerre en Ukraine : Kiev dit avoir reçu de nouveaux systèmes occidentaux de défense antiaérienne

Obsession de la “bombe sale”.

Mode d'action "Une bombe sale"Au coeur des accusations mutuelles entre l'Ukraine et la Russie depuis dimanche
Le mécanisme de l’opération “bombe sale” est au centre d’accusations mutuelles entre l’Ukraine et la Russie depuis dimanche – IRIS ROYER DE VERICOURT, ALAIN BOMMENEL, ANIBAL MAIZ CACERES / AFP

Les annonces de Moscou concernant une “bombe sale” préparée par l’Ukraine ont mis un terme à la semaine de conflit. Après la première salve d’accusations du Kremlin, que Kyiv a démenties, les alliés occidentaux de l’Ukraine sont montés au créneau. Dans un communiqué commun, Paris, Londres et Washington ont balayé les propos du pouvoir russe.

“Matières radioactives provenant d’installations de stockage de combustible nucléaire utilisées dans une centrale nucléaire [ukrainienne] “Tchernobyl peut être utilisée”, a suggéré Moscou. Par bombe sale, les Russes entendent une arme explosive conventionnelle à laquelle des éléments radioactifs sont ajoutés. Une fois qu’une telle bombe est larguée, le démantèlement peut prendre des mois, comme l’illustre l’infographie ci-dessus.

Exportation de céréales vivrières, bilan

Graphique résumant l'accord de la mer Noire sur les exportations de céréales.
Graphique résumant l’accord de la mer Noire sur les exportations de céréales. – Sabrina Blanchard, Cyril Théophile / AFP

L’accord de la mer Noire entre Kyiv et Moscou sur les exportations de céréales expire le 22 novembre, il est donc temps de faire le bilan pour la période allant de janvier à septembre. Pour le maïs et le blé, depuis l’accord, environ un million de tonnes ont été exportées vers les pays en développement, selon la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement. Côté maïs, on note un écart de plus de deux millions de tonnes entre les exportations d’avant-guerre (juin à septembre 2021) et la période juin-septembre 2022.

Lire Aussi :  God of War Ragnarok : Vers une approche plus tactique ? Les combats s'inspirent des échecs, confie un développeur

Pour le blé, l’écart entre les deux périodes (plus de huit millions de tonnes) entre les deux années est très important. Un accord entre les deux pays pendant la guerre a permis le déblocage de plusieurs millions de tonnes de céréales restées à quai dans les ports ukrainiens. “Le renouvellement de l’accord est essentiel pour continuer à réduire les prix mondiaux des denrées alimentaires et assurer la sécurité alimentaire dans le monde”, a déclaré l’ONU dans un communiqué de presse publié le 20 octobre.

“Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour maintenir l’accord”, a déclaré le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken, qui a prévenu que la Russie s’exposerait à “une grande colère” s’il n’était pas renouvelé.

Lire Aussi :  Commerce international & sanctions: le monde ne tourne pas sur l’Occident

Des victimes civiles, un nombre effroyable

Une carte de l'Ukraine montrant les morts civiles recensées par l'ONG Akled depuis le 24 février.
Une carte de l’Ukraine montrant les morts civiles recensées par l’ONG Akled depuis le 24 février. – Jean-Michel Cornue, Sylvie Husson, Sophie Stuber / AFP

Le nombre de morts parmi les civils ne cesse d’augmenter. Au 7 octobre, 4 403 personnes sont mortes depuis le début du conflit, selon l’ONG Akled. L’évacuation des habitants de Kherson, dans le sud de l’Ukraine, a pris fin vendredi, selon un responsable pro-russe, après qu’un attentat à la bombe la semaine dernière a fait quatre morts, selon un responsable pro-russe.

Alors que la ville d’environ 290 000 habitants se prépare à devenir le théâtre de combats de rue, elle a été mise en cause par l’Ukraine. Les pro-russes qui occupent la ville se rendent à l’avancée de l’armée ukrainienne. Au milieu des estimations des pertes par les deux belligérants, il est encore difficile d’obtenir des informations fiables sur le nombre de soldats morts et de victimes civiles.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button