les crises successives ont savonné la planche aux cosmétiques Druydès

Comme d’autres PME, Druydès, solide entreprise de cosmétiques basée à Longvic, est en difficulté. Elle a été placée en liquidation judiciaire en novembre dernier.

Nous avons tout fait de A à Z. Nous avons assemblé, fabriqué, emballé et livré » – déplore Fanny Chevillot-Preney. Le tout nouveau laboratoire Longvic, inauguré en juin 2020 en pleine tempête Covid, est désormais vide. La production du site s’est arrêtée.

Le gérant de Druydès regrette que le marché cosmétique ait non seulement exagéré les produits bio, mais aussi la tendance des produits en vrac et solides (savons, shampoings) sans contenants plastiques.

La chute des ventes a été vertigineuse et très rapide

Fanny Chevillot-Preney, directrice de Druydès

Cette PME a été liquidée début novembre 2022. Parmi les raisons de l’échec, Fanny Chevillot-Preney attire l’attention sur le fait qu’elle a perdu près de la moitié de ses revendeurs en France. “ Ils ont fermé les uns après les autres. La chute des ventes a été vertigineuse et très rapide. Le coût de certaines matières premières, qui a doublé voire triplé, et l’augmentation des coûts de transport nous ont tués “, il ajoute.

Fanny Chevillot-Preney espère donner une chance à ce rachat. Le tribunal de commerce bloque les dettes de la société, notamment les emprunts, pendant un an. Cela vous redonne votre marge de manœuvre et votre trésorerie.

Lire Aussi :  L’économie française a progressé de 2,6 % en 2022

Le but est de continuer l’aventure de nos marques et de nous reconquérir presse le chef d’entreprise, qui espère pouvoir compter sur lui clients fidèles “.

Elle décide de fabriquer ses produits dans un laboratoire cosmétique des Côtes-d’Armor et de sous-traiter la livraison à une plateforme logistique en Côte-d’Or. ” Cela permet de mutualiser les coûts de production avec d’autres entreprises », analyse le gérant de Druydès.

La société Dryudes est loin d’être un cas isolé. La société d’études économiques Antarès a publié mardi son rapport annuel. Cela montre que 42 500 entreprises deviendront insolvables en France en 2022. Elles ont fait l’objet d’une procédure de garantie ou de liquidation, voire plus ont été directement liquidées.

Lire Aussi :  La France veut réguler les influenceurs et ouvre une consultation publique

Par rapport à l’année dernière, le nombre de pannes a bondi de 50 %. Les TPE et PME sont les plus touchées.

Les experts ont cité plusieurs raisons expliquant ce tableau économique inquiétant. Les entreprises ont subi de plein fouet la suppression des aides d’État introduites pendant la crise du coronavirus. Ils sont également affectés par l’inflation et la baisse de la consommation des ménages.

Lire Aussi :  2023, l'année de tous les dangers pour la facture de gaz des ménages

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button