Macron veut développer des RER métropolitains dans dix grandes villes de France

Selon l’Élysée, le président de la République ambitionne de “dessiner le visage de la France de demain”. Il est prévu sur un horizon d’au moins dix ans.

La compétence est spatiale ; L’ambition est nationale. Le démarrage de la construction nécessite une coordination étroite entre l’État et les communautés. Dans le dernier épisode de ses vidéos publiées sur YouTube, il répond “Très directement“Questions des internautes”Nourriture, logement, transport, énergie, etc.», Emmanuel Macron a lancé dimanche ce qu’il se décrit lui-même comme «Une grande ambition nationale“. “C’est un grand projet d’aménagement du territoire», soutient-on à l’Elysée pour souligner l’importance accordée à cette nouvelle priorité. À savoir: “Développer le réseau RER, Train Urbain (…) dans dix grandes villes, dans dix grandes villes françaises“. “Dans les dix principales villes françaises à thrombose, où il y a beaucoup de circulation, où les déplacements sont compliqués… il faut avoir une vraie stratégie de transports urbains», se défend le chef de l’Etat. L’idée? “Cela dit, au fond, (que) le RER n’est pas qu’à ParisIl explique en manches de chemise, face à la caméra à nouveau. C’est une bonne cible pour l’écologie, l’économie, la qualité de vie“.

Lire Aussi :  Le couple France-Allemagne bat de l’aile, voici pourquoi

Si Emmanuel Macron n’avance pas dans un calendrier précis ou s’il ne liste pas les régions concernées, précise-t-il à l’Elysée, “Le Transport Infrastructure Perspective Board travaille actuellement à identifier les projets qui peuvent être lancés en premier“. cette structure”David Vallance a présidéEt ses conclusions devraient être rendues dans un délai d’un mois“, raconte l’un de la même source, ajoutant que,”Dans certains cas, les travaux peuvent être démarrés rapidement, (mais ça l’est) ailleurs, il faut compléter les études en cours“. Pour l’instant, une telle initiative est déjà pistée à Strasbourg, où le lancement officiel devrait être annoncé – sauf contretemps – dans une dizaine de jours. Quant à Bordeaux, les travaux lancés en 2018 ont permis de parvenir à un accord cette année. “Proposer une nouvelle offre de service TER” Dans le futur. Puis vient Lille où, encore une fois, métropole, région, état et réso SNCF “Engagement envers le plan de service Metropolitan Express“.

Lire Aussi :  Le gouvernement surveille le risque d’écoutes depuis des toits de Paris après le rachat de 600 sites de télécommunications

“Un projet majeur de transformation, écologique et sociale”, déclare Clément Buen

Une quinzaine de projets sont en développement à travers la France“, reconnaît-on à l’Elysée, où l’on évoque également Lyon, Grenoble et Aix-Marseille.”Ces projets prennent parfois dix ans ou plus à réaliser. Certains sont déjà avancés, tandis que d’autres sont à l’étude», précise ensuite le conseiller élyséen, selon qui il s’agit de «Dessinez le visage de la France de demain“. “Régions La France engagée pour la neutralité carbone et la fin des énergies fossiles“, on se sent après avoir déjà”Les investissements dans le rail ont repris“et contribué”Amélioration des routes courtes dans les zones ruralesAu cours des cinq années précédentes. Notamment sous la houlette de l’ancien Premier ministre Jean Casteaux, aujourd’hui patron de la RATP.

Lire Aussi :  Charlotte Caubel appelle à "une prise de conscience de tout le monde" sur le harcèlement

Le RER métropolitain ouvre de nouvelles lignes de transport en commun dans les grandes villes comme le Grand Paris. C’est un projet majeur de transformation environnementale et sociale pour la décennie à venir.», loue enfin le ministre des Transports, Clément Buen Figaro. A condition que les promesses faites par une telle publication soient accompagnées de garanties de résultats tangibles.

Regarde aussi – Transports : Emmanuel Macron a annoncé la mise en place du “RER de Marseille”.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button