qui fera grève le 31 janvier prochain?

Une revue de divers secteurs a fait circuler un appel intersyndical à un nouveau mouvement de grève mardi 31 janvier.

Le 31 janvier 19 sera-t-il aussi populaire ? Après la première journée de mobilisation jeudi dernier, l’Intersyndicale – qui regroupe CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, UNSA, Solidares et FSU – veut pousser un nouveau soulèvement dans les rues. Le gouvernement devrait abandonner le régime de réforme des retraites.

Avec plus d’un million de manifestants dans les rues, le « 19 janvier » réussit pour les opposants au plan, le lendemain l’appel à la mobilisation est entendu par un certain nombre de fédérations syndicales.

Mais dans une situation tendue pour le pouvoir d’achat, certains d’entre eux veulent mesurer provisoirement les salariés avant de lancer un appel à la grève qui pourrait suivre le 19 janvier.

Tour d’horizon des mobilisations attendues le 31 janvier.

sur le train

A commencer par le transport. Réunis le 20 janvier, les syndicats de la SNCF ont déjà indiqué qu’ils s’inscriraient “aux dates syndicales avec tous les salariés”. Les grèves dans le secteur ferroviaire pourraient avoir lieu plus tôt puisque la CGT-Ceminotes a déposé un avis “du mercredi 25 janvier 2023 19h00 au jeudi 2 février 2023 8h00”.

Lire Aussi :  huit ans de prison pour le viol d’une enfant de 11 ans

Dans les transports parisiens

Il n’y a pour l’instant aucun appel des syndicats de la RATP à se mobiliser le 31 janvier. Les représentants prennent le pouls des salariés pour évaluer la pertinence d’un tel appel.

“Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’on ressent de la colère, pointe le syndicat FO à Paris. Et si on enclenche une grève illimitée, ça risque d’être compliqué pour le gouvernement. C’est aux salariés de décider.”

Dans les aéroports

Entendu l’appel même dans les airs. Les syndicats de l’aéroport Paris Charles-de-Gaulle se sont mis d’accord pour une journée de grève le 31 janvier.

“Nous avons 100.000 salariés à l’aéroport. Si vous bloquez l’aéroport, vous bloquez l’économie”, assure au RMC Loris Foreman un représentant CGT chez une entreprise de sous-traitance à Roissy.

Mais chaque jour la grève promet que la mobilisation de l’aveu même des syndicats est difficile dans ce contexte d’inflation qui pénalise le pouvoir d’achat.

Lire Aussi :  EN DIRECT - Coupe du monde 2022 : Pelé regardera Brésil-Corée du Sud depuis l'hôpital

Dans les stations de ski

A quelques jours du départ en vacances au ski (le 4 février pour la zone A), ce sont les stations qui souffrent de la mobilisation. Les deux principaux syndicats de salariés des remontées mécaniques, Force Ouvrière (FO) et la CGT, ont en effet déposé des préavis de grève pour le 31 janvier. Le mouvement ne devrait pas se poursuivre au-delà de mardi prochain.

“Les remontées mécaniques fonctionneront comme d’habitude à partir du lendemain [1er février .NDR]: Nous ne voulons pas fragiliser davantage des entreprises qui sont déjà en difficulté”, a déclaré à l’AFP Eric Becker, secrétaire général de FO pour les remontées mécaniques et les saisonniers.

À l’école

Dans l’éducation nationale, les syndicats appellent à l’agitation de masse le 31 janvier. Le SNALC (Syndicat national des professionnels de l’éducation) a répondu favorablement à l’appel à la grève et SUD Éducation propose également de renouveler la grève au-delà du 31 janvier. Mais c’est une coalition de minorités.

Lire Aussi :  Olivier Faure arrive en tête avec 49,15 % des voix, selon les résultats définitifs

Dans les autres secteurs de la fonction publique, l’appel intersyndical n’a pas proposé de mot d’ordre précis.

en puissance

Il n’y a pas de lutte unitaire dans la circonscription. Dans les raffineries, la CGT-Pétrole a prévu des grèves les 26 et 27 janvier et le 6 février. Mais le syndicat n’exclut pas de rejoindre le mouvement mardi prochain.

“Nous verrons si nous rejoignons les dates annoncées ou si nous gardons les nôtres”, a indiqué Lionel Arbiol, représentant du syndicat CGT de la raffinerie de Fos-sur-Mer ce vendredi sur Sud radio.

A noter également que la CGT Mines-Energies menace d’un projet de coupure d’électricité d’une heure ou deux d’ici le 31 janvier.

Frédérick Bianchi

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button