un an après son ouverture, le restaurant associatif de Villefontaine en ébullition

Son restaurant associatif La caravane des possibles
Il est ouvert depuis un an dans le quartier Servenoble de Villefontaine. L’association a commencé à embrasser l’économie sociale et solidaire en accueillant des personnes de tous âges et de tous profils. Dès le début, l’association employait un cuisinier en cuisine, aujourd’hui un autre salarié rejoint l’équipe qui aide à entretenir le restaurant, mais le lieu fonctionne grâce à l’engagement de plus de 50 bénévoles chaque jour. dans des restaurants comme Jean-Pierre Héraut et Femie Querite. Ils comptent cette première année réussie

Logo bleu de la France

France Bleu Isère : Le restaurant est ouvert ici depuis un an. Comment vit ce lieu La Caravane des Possibles ? Y a-t-il du monde à l’heure du déjeuner ?

Jean-Pierre Héraut : Oui, c’est assez irrégulier, mais il y a beaucoup de monde. Le maximum est de 30 personnes et nous sommes souvent autour de 30 personnes, voire 32, 33 personnes, il est donc préférable de réserver.

Des gens viennent de la région ? On sait que dans ce quartier de Villefontaine il s’agissait aussi de créer des liens.

Femie Querite : Pour les locaux, c’est le samedi soir ou le samedi après-midi. Nous organisons des ateliers de cuisine et de pâtisserie, pour que les gens du quartier viennent à ces événements.

Toutes ces activités, qu’il s’agisse d’animations, de restaurants… reposent sur des bénévoles. Cherchez-vous toujours?

Jean-Pierre Héraut : Oui, bien sûr nous avons besoin de beaucoup de bénévoles pour que chacun puisse se détendre et venir à l’heure qui lui convient. Parfois les gens qui viennent un peu, puis reviennent moins. C’est la vie de l’association, et c’est aussi vrai qu’il est important que des bénévoles nous rejoignent qui participent au plus haut niveau possible. C’est ce que nous recherchons.

Justement le fait qu’il y ait du bénévolat contribue aussi à la vie de ce quartier dans le sens où il y a des gens qui ont trouvé un emploi en venant ici…

Jean-Pierre Héraut : Il y a des volontaires qui sont demandeurs d’asile ou qui n’ont pas encore leurs papiers. Ils ne peuvent pas travailler, alors ils sont très, très heureux de venir ici pour s’occuper. C’est très important et très intéressant pour nous.

Un an derrière vous, une nouvelle année commence : quels sont les projets de La Caravane des Possibles ?

Jean-Pierre Héraut : On va essayer de continuer parce qu’on s’est rendu compte qu’on avait mis la barre très haute. Nous sommes donc très satisfaits de tout ce que nous faisons, mais nous devons continuer. Le but est pour nous de continuer et ensuite d’être toujours dans cette diversité, en faisant venir des gens de la région.

Femie Querite : Et justement pour faire place à Villefontaine et ses environs. Il y a beaucoup de gens qui ne nous connaissent pas et qui n’ont pas encore franchi cette étape. Je les invite donc à venir nous découvrir. Je vous conseille de venir découvrir la cuisine de Laetitia, elle cuisine avec beaucoup de saveurs et d’arômes que vous ne trouverez peut-être nulle part ailleurs. Il y a beaucoup d’animations régulières qui sont très intéressantes. Nous pouvons tricoter, jouer aux échecs et jouer à des jeux de société. Si vous pouvez consulter le site avec le programme, vous verrez l’ambiance conviviale du café qui est là pour tout le monde. En fait, il est ouvert à tous.

Source

Lire Aussi :  À Brest, des films d’entreprise pour faire découvrir aux jeunes les métiers de l’industrie - Brest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button